Quels sont les symboles et coutumes de Noël ?


Noël, période magique entre toutes pour les enfants. Le sapin, les guirlandes, les santons et bien sur les cadeaux ! 

Noël est l’occasion de passer de merveilleux moments en famille, de se retrouver autour d’un repas traditionnel, de partager de belles histoires et des contes de fées. Nous voilà au temps des fêtes.

Le merveilleux temps de NOËL.

La fête de NOËL groupe tout un cycle de fêtes que nous englobons sous le nom de « temps des fêtes ». Le temps fort de ces festivités va du 25 décembre au 6 janvier, bien qu’il commence le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, une tradition veut qu’il neige ce jour là pour manifester la pureté originelle de Marie pour ne culminer vraiment qu’au Mardi Gras.

Le temps des fêtes est donc un temps fort de l’année où l’on va danser, rire, fêter, boire, manger, en un mot faire bombance. Il y a une raison psychologique à ce nécessaire débordement de vitalité. L’hiver, c’est la morne saison, celle où les forces de mort oeuvrent victorieusement au sein de l’univers. Or comment contrer ces forces qui risquent de détruire toute vie sur terre? En manifestant un excès de vitalité!

La crèche de Noël

Son apparition est aussi imprécise que la fête qui l’a imposée. Le premier témoignage que l’on ait de son existence est une représentation murale découverte dans les catacombes de Saint Sébastien mises à jour , à Rome, en 1877. Elle remonterait à 380 à J.C.

Mais c’est à Saint-François d’Assise que l’on doit d’avoir intégré la crèche de NOËL, sous sa forme actuelle, au nombre des coutumes chrétiennes traditionnelles.

La bûche de Noël

Avant l’apparition du charbon, du gaz et de l’électricité comme moyen de chauffage, le seul combustible que l’on connaissait était le bois.

Aussi la bûche de sapin en vint-elle naturellement à symboliser à la fois le feu qui dispense la chaleur et l’Enfant Jésus, Dieu de lumière. La nuit de NOËL, on l’apportait donc en grande cérémonie dans la maison pour la déposer dans l’âtre.

Son lien avec l’Enfant Jésus tient au fait qu’elle est un arbre couché comme un nouveau-né. Mais viendra un jour où l’arbre couché sera dressé, à Pâques, pour symboliser le crucifié qu’on aura préalablement fait flamber par le supplice du fouet à la manière du feu que l’on fait jaillir du bois par friction.

L’arbre de Noël

Il n’est guère possible d’envisager NOËL sans se référer immédiatement à l’arbre de NOËL dont il est devenu la manifestation la plus évidente et la plus visible. Le premier arbre de NOËL nous viens d’Alsace en 1521. Mais des auteurs font remonter l’origine de l’arbre aussi loin que l’an 595, mais ce n’est pas une certitude.

La signification de l’arbre de NOËL est assez évidente. Conifère toujours vert alors que les autres arbres sont dépouillés de leur feuillage, le sapin a tôt fait de signifier l’éternité du Christ alors que sa forme triangulaire suggérait le Trinité de Dieu. Dans les mystères du Moyen Age, il évoquait l’arbre du Paradis perdu par la faute d’Adam.

Le Père Noël

On ne conçoit guère l’existence de l’arbre de NOËL sans celle du Père Noël. C’est en Amérique qu’il faut aller chercher les origines historiques. Il y a trois dates à retenir.

D’abord 1809: l’écrivain Washington Irving parle pour la première fois des déplacements aériens de Saint-Nicolas pour la traditionnelle distribution des cadeaux.

Ensuite 1821: un certain Clément Clarke Moore écrivit un conte de NOËL pour ses enfants » It was the night before Christmas » dans lequel le Père Noël apparaît dans son traîneau tiré par huit rennes.

Enfin 1886: Un dessinateur du nom de Thomas Nast impose au monde entier les traits définitifs du personnage. Il le revêt de rouge et lui associe un livre dans lequel le débonnaire personnage consigne le nom des enfants sages et un télescope qui lui permet de les repérer de son observatoire du Pôle Nord.

Le Renne au nez rouge

On doit sa création au poète Robert L. May, en 1939. Son apparition est justifiée par le fait que le Père Noël doit affronter des conditions météorologiques si mauvaises qu’il risque d’être en retard dans ses livraisons nocturnes. Grâce au nez lumineux de ce renne, il peut s’orienter dans la turbulence hivernale et mener à bien sa distribution de cadeaux. Les autres rennes qui tirent le traîneau du Père Noël sont: Dasher, Dancer, Prancer, Vixen, Comet, Cupid, Dunder et Blixen.

Les cartes de Noël

La première carte que l’on a gravée pour la circonstance, est l’oeuvre d’un jeune artiste londonien âgé de seize ans. C’était pour le Noël de 1842. Des marchands s’emparèrent de l’idée et la commercialisèrent vers 1868. Aux États-Unis, un certain Louis Prang, de Boston, imprima et diffusa les premières cartes de Noël sur le continent dès 1860. Il peut, à juste titre, revendiquer l’honneur d’être le père de la carte de Noël américaine.

La Messe de minuit

En fait, on célébrait trois messes cette nuit là: la première, à minuit, rendais hommage à la génération éternelle de Jésus; la seconde soulignait son incarnation et la troisième  » sa naissance dans le coeur des hommes ».